Le barbecue de la solidarité du 12-09-2007 a rassemblé une petite centaine de collègues. Plusieurs titulaires et retraités sont venu soutenir cette action afin de témoigner de leur solidarité envers les plus précaires, qui, comme chaque année, sont dans l’angoisse d’une hypothétique affectation !

Il n’y a pas de fumée sans feu !

Dès 12h30mn, le collectif des non-titulaires du SNES avait décidé de montrer qu’ils conservaient encore de la rogne à revendre en arborant des banderoles qui dénonçaient la précarité des enseignants non-titulaires ; d’autres un vrai plan de titularisation pour tous ceux qui apparaissent comme les laissés pour compte de l’Education nationale.

Ce ralliement des enseignants non-titulaires en colère, autour d’un barbecue, avait pour objectif de préciser le sens de cette journée mémorable. Le collectif des non-titulaires du Snes avait anticipé sur les difficultés de la rentrée 2007-2008 en instituant la date du 12-09-2007 comme un symbole fort dans leur âpre lutte. Qui plus est, la tente de la colère de 2004 avait refait surface pour l’occasion.

Avant d’être reçu par les autorités rectorales, certains non-titulaires ont pris la parole pour remobiliser les présents et rappeler les différents points qui feraient l’objet d’une négociation (le réemploi de tous les non-titulaires, un plan efficace de titularisation conforme au mandat du SNES, pour résorber l’effectif impressionnant des précaires, un vrai contrat à temps complet pour les enseignants recrutés, la renégociation de certains aspects nébuleux du CDI, l’ouverture de plus de postes au concours et le respect du barème pour les affections...).

C’est à seize heures sonnantes que le secrétaire général du Rectorat reçoit le collectif des non-titulaires. Ce dernier s’inquiète des lenteurs et du caractère ahurissant des premières affectations ; certains collègues ont été amenés à accepter des temps incomplets (9, 10 ou 12 heures). Le Secrétaire Général reconnaît les contraintes sociales pour un contractuel ou vacataire de devoir vivre avec parfois moins de 700€ par mois ; Il promet, dans la mesure du possible de réagir avec diligence pour proposer un complément horaire à ceux qui sont concernés par cette situation délicate et s’engage à ne pas donner de vacations à tous remplacements supérieurs à 7 heures (contrat).
Celui-ci stigmatise l’insuffisance des moyens alloués à l’Académie, ce qui expliquerait ces premières affectations inconcevables et indignes d’un enseignant en quête d’une véritable reconnaissance professionnelle. De plus, il renchérit dans la controverse en soulignant la baisse des effectifs dans les collèges et la montée du nombre des élèves dans les classes de seconde.
Voulant apaiser l’inquiétude des collègues dans nombre de disciplines qui attentent avec impatience une affectation, le secrétaire général fait miroiter des possibilités incertaines en raison des ajustements de postes qui s’opèrent actuellement dans les lycées.

La négociation atteint son point d’orgue avec l’épineux problème du CDI et des « disparus » du listing.. Les collègues soulèvent le cas des enseignants non éligibles alors qu’ils totalisent un nombre d’années d’activité supérieures aux 6 ans , mais, hélas, interrompue par des vacations.. Les responsables du rectorat demandent des cas concrets qu’ils se proposent d’étudier. En ce qui concerne les « disparus » du listing, il nous a été apporté l’assurance qu’aucun licenciement n’avait eu lieu et nous a été demandé de fournir les noms des concernés pour une étude approfondie.

Pour les autres questions (la titularisation, l’augmentation des postes aux concours...) qui requièrent une décision ministérielle, le secrétaire général promet de faire remonter ces dossiers qui dépendent de l’autorité du Ministère de l’Education Nationale.

D’une manière générale, le Rectorat affirme, à son corps défendant, faire tout ce qui est possible pour répondre aux difficultés des personnels précaires. Le SNES, soucieux des conditions d’affectations et problèmes récurrents des non-titulaires a obtenue que des CCP (Commissions Consultatives Paritaires) se mettent en place dès la prochaine rentrée pour assurer transparence et équité de tous les non-titulaires..

L’heure est décisive ! Au moment où certains collègues commencent à baisser les bras, le collectif des non-titulaires du Snes appelle à maintenir la pression.

Cette action a permis à une délégation du collectif du SNES de se rendre sur Paris le 19-09-2007 afin de porter nos revendications auprès du Ministère.

Pour le secteur non-titulaires du SNES : Jean-Louis INNOCENTI

Pour le collectif des non-titulaires du SNES-FSU : Ibrahim CISSE