Suite à notre demande et face au combat permanent que le SNES mène pour la défense des droits des non-titulaires, le Rectorat a tenu ce Lundi 09 juillet, un Groupe de Travail sur l’avancement d’échelon des Maîtres-Auxiliaires. Les responsables académiques du SNES et les membres du collectif non-titulaires ont pu intervenir sur les divers problèmes concernant les contractuels et les vacataires (CDD/CDI, réemploi, barème, contrats, etc...).

Collègues non-titulaires, nous comptons sur votre présence pour soutenir nos actions et réagir contre les menaces qui pèsent sur tous les précaires : la mobilisation de tous s’impose.

Bonnes vacances à tous.

Pour le collectif des Non-Titulaires du SNES : Jean-Louis INNOCENTI, Ibrahim CISSE, Emmanuèle MICHELOT

Pour le secrétariat académique : Richard GHIS, Jean-Pierre LAUGIER et Eric MICHELANGELI

(Voir ci-dessous les conclusions de cet entretien faites par Ibrahim CISSE, Professeur contractuel, membre du collectif du SNES).

Compte rendu du GT avec le Rectorat

Le groupe de travail a planché sur un ordre du jour, ô combien important, qui devait éclairer la lanterne des non-titulaires inquiets quant à leur avenir. En conséquence, il a passé au crible la quasi-totalité des questions cruciales soulevées dans le protocole, autrement dit le réemploi de tous les non-titulaires, l’arrêt du recrutement des personnels précaires, la mise en place des modalités concrètes permettant l’entrée des MA, des contractuels et vacataires en deuxième année d’IUFM, la réouverture des concours internes supprimés et des concours conformes au parcours de chacun, l’augmentation des postes aux concours externes.

Ce chapelet de points de revendications est passé à la loupe par les autorités rectorales. Celles-ci s’engagent fermement à opérer les affectations en tenant compte du barème. A ce titre, le rectorat fera parvenir au Snes les listings des non-titulaires le vendredi 13 juillet 2007 ; pour que nous puissions à la lumière des fiches syndicales apporter des modifications en cas d’erreurs.

Par ailleurs, le collectif des non-titulaires du Snes a vivement souhaité que le rectorat fasse une étude au cas par cas pour les non-titulaires qui ont à leur actif une ancienneté similaire aux bénéficiaires actuels du CDI, mais dont le paradoxe du contrat continu de six ans les empêche de sortir du cercle pernicieux de la précarité. D’un mot, nous avons demandé l’assouplissement des règles donnant droit au CDI. En ce sens, le Snes déplore l’absence d’une réponse claire et sans ambiguïté émanant du rectorat.

Dans l’intention d’annihiler l’attente angoissante consécutive à la perte de l’emploi, le Snes évoque avec force détermination le raccourcissement pour le délai de paiement des indemnités de chômage. Corollairement, le collectif des non-titulaires exprime le désir ardent de simplifier les nombreuses tracasseries qui assujettissent les précaires en sollicitant la mise en place d’un dispositif qui rapprocherait l’ANPE et la Cellule de chômage du rectorat.

Cette journée riche d’enseignements a permis au collectif des non-titulaires d’agiter les problèmes en effervescence qui donnent l’indice d’une rentrée houleuse si des solutions apaisantes ne venaient aplatir les difficultés des enseignants précaires. Seule une volonté politique diligente, efficace et sans tergiversations pourrait désamorcer une crise qui risque d’être pérenne. La balle est maintenant dans le cas des autorités.