Une délégation FSU (SNES, SNEP, SNUEP et SNESUP) a été reçue jeudi 06 novembre au Rectorat par Monsieur Vernisse Secrétaire général, Monsieur Mermier, Chef de cabinet de Madame le recteur et Monsieur Cesaro, DAFPI. Nous avons soulevé tous les problèmes de formation, validation et prise en charge des frais de déplacement des professeurs stagiaires.

Vous en trouverez ci-dessous le compte rendu et les quelques réponses obtenues. Nous en avons également profité pour remettre la pétition initiée par le SNES-FSU.

Intervention du SNES-FSU : la formation initiale mise en place cette année est très inégale sur le territoire. C’est une réforme faite dans l’urgence, avec les contraintes d’autonomie des universités et de baisse des financements, ce qui entraîne un manque de cohérence entre les formations. Il aurait fallu prendre le temps de construire des contenus communs sur tout le territoire (véritable cadrage national). Le premier bilan que nous pouvons dresser est inquiétant car de nombreux dysfonctionnements nous ont été signalés. La colère monte, le découragement se fait entendre. Il nous paraît urgent d’apporter des réponses concrètes aux professeurs stagiaires.

1. Formation/validation :

Pour les stagiaires mi-temps  : la formation proposée n’a bien souvent d’adaptée que le nom. Dans les cours sont mêlés des M1, des M2 et des titulaires de M2 MEEF ou Recherche. Les détenteurs de M2, se voient imposer de suivre les cours qu’ils ont déjà suivis pour une formation qu’ils ont déjà validée ! De même ils sont obligés de suivre de nouveau les formations TICE et langues alors que certains ont déjà validé le CLES et le C2i2e. Nous avons tenu à rappeler que la délivrance du M2 donne automatiquement le niveau B2 en langue.

Ainsi, pour les stagiaires à mi-temps devant élèves et déjà titulaires ou dispensés du M2, le SNES-FSU a revendiqué :

  • une remise à plat des parcours adaptés avec l’abandon de ces seuls 4 profils et la mise en place d’une véritable formation adaptée en fonction des diplômes, des disciplines, de l’expérience...
  • que l’assiduité assortie de l’avis des équipes pédagogiques suffise à entraîner automatiquement un avis favorable de l’ESPE,
  • que la validation ne donne lieu à aucune note chiffrée (forcément inéquitable en fonction des disciplines, des formateurs, des lieux de formation...) ni évaluation certificative par UE, mais à une évaluation formative par contrôle continu
  • que soit abandonnée l’exigence de rédaction d’un mémoire au profit de la rédaction d’écrits réflexifs sur la pratique professionnelle,
  • qu’une communication claire soit faite en direction des professeurs stagiaires afin qu’il y ait davantage de transparence concernant les exigences de titularisation,
  • que soit mis en place très rapidement un groupe de travail avec des représentants stagiaires élus et les responsables de formation pour qu’un échange se fasse et que la communication passe enfin,
  • que cesse toute la campagne d’intimidation et de menaces (retraits de salaire ou menaces sur la titularisation) en direction de nos collègues...

Les réponses obtenues :

  • Les représentants de l’administration nous ont écoutés avec beaucoup d’attention durant trois heures et nous ont assuré que Madame le recteur serait informée très précisément de toutes nos revendications.
  • En ce qui concerne les demandes de formation adaptée, si un PFSE a déjà suivi une formation ou déjà validé une certification il faut qu’il fasse par écrit une proposition d’aménagement pour suivre une autre formation.
  • Pour le « mémoire », une notice informative de cadrage va parvenir à tous les stagiaires dans les jours qui viennent ; il s’agirait d’un écrit n’excédant pas 35 pages, index compris.
  • Concernant le CLES et le C2i2e, si les professeurs stagiaires ont la certification bien entendu ils n’auront en aucun cas à la repasser.
  • Ils nous ont assuré qu’un réel effort de communication allait être fait et qu’ils allaient pour cela se rapprocher de la Direction de l’ESPE.
  • Enfin ils ont acté le principe d’un groupe de travail et nous devons nous rapprocher d’eux très rapidement pour en envisager les modalités.


Pour les stagiaires à temps plein
 : le SNES-FSU a déploré le fait qu’ils ne bénéficient pas d’un allègement de service devant élèves pour pouvoir bénéficier d’une véritable formation. Nous avons demandé comment pouvaient être prise en compte les 110h de formation. Nous avons tenu à rappeler également que les lauréats de l’interne doivent être dispensés de l’obligation de validation de tous diplômes ou certification. Nous avons donc exigé que cela leur soit stipulé très clairement et très rapidement.

2. En ce qui concerne l’IFF (indemnité forfaitaire de formation)et frais de déplacement :

Pour les stagiaires mi-temps : la circulaire d’application envoyée aux recteurs prévoie le paiement mensuel de 100 euros de fin novembre à fin Août versée automatiquement sans démarche particulière. L’IFF sera versée dans l’Académie de Nice mais il est possible que ce ne soit qu’au mois de décembre avec un rappel (soit 200€) et jusqu’au mois d’août. Toutefois, le professeur stagiaire peut choisir de bénéficier du remboursement des frais conformément à la circulaire de 2006. Les frais de déplacement entre l’établissement et le lieu de formation ne peuvent être pris en compte que si le lieu de formation est distinct de la commune de résidence et de la commune de l’établissement. Une information va être envoyée dans les jours qui viennent précisant les conditions d’attribution, de calcul, et les pièces à fournir. Si les PFSE choisissent d’être indemnisés selon la circulaire 2006, ils n’auront pas à rembourser l’IFF perçue, l’administration se chargera de réajuster. Les stagiaires n’ont pas à perdre de l’argent pour aller en formation !

Pour les stagiaires temps plein : nous avons demandé que des convocations stipulant « ouvrant droit à remboursement de frais de déplacements » soient adressées aux stagiaires. Nous avons souhaité avoir l’assurance que la prise en charge sera réellement effective, ce qui nous a été confirmé.

En attendant, nous vous invitons à rejoindre notre groupe d’expression sur notre page Facebook : www.Facebook.com/profstagiairesacnice

À l’issue de cette audience beaucoup de points restent dans l’ombre.
Le SNES-FSU a donc demandé à rencontrer la directrice de l’ESPE. Nous serons reçus en audience le 20 novembre.