HORS-CLASSE 2019 CERTIFIÉS

Pour les certifiés, cette année nous avons 251 promotions.

Encore une fois : des élus indispensables !!

Dès réception du projet fourni par l’administration, les élu.e.s commissaires paritaires du SNES-FSU ont décelé plusieurs erreurs.
En particulier :
- Trois collègues avaient été placées l’an dernier sur une liste complémentaire destinée à pourvoir trois promotions que l’académie de Nice devait recevoir durant l’été et effectivement reçues. Or il s’avère qu’aucun de ces trois collègues n’a été promu.
- Une seconde liste complémentaire de dix noms avait été établie afin de pourvoir les éventuelles promotions déclinées par des collègues (partant à la retraite ou changeant de corps). Une personne a décliné cette promotion. La première personne sur cette liste aurait dû être promue ; il s’avère que le rectorat a pris la liste à l’envers !
Nous sommes donc intervenus afin que le rectorat rectifie ces quatre erreurs avec effet rétroactif au 1er septembre 2018, sans toutefois que les collègues promus par ces oublis et cette inversion de la liste en pâtissent.
C’est pour ces raisons que les commissaires paritaires SNES-FSU ont demandé le report de la CAPA, celle-ci ne pouvant être préparée correctement.
Ces exemples illustrent bien que, grâce à l’action et à l’expertise des élu-e-s du SNES-FSU, majoritaires, les CAP sont bien les lieux de contrôle démocratique et d’amélioration de la gestion des carrières. La transparence y est la règle, l’arbitraire du « mérite » y est combattu avec efficacité.
C’est ce dont voudrait s’exonérer le ministère avec la réforme de la fonction publique envisagée par ce gouvernement. Dans son projet de « transformation » de la Fonction publique, le gouvernement veut supprimer les compétences des CAP (CAPA et CAPN) en matière de promotion (avancement d’échelon, hors classe, classe exceptionnelle) et de mutation et veut fusionner les CT et les CHSCT ; à cela s’ajoute le recours accru aux contractuels ou les plans collectifs de « départs volontaires ».
Le SNES-FSU et ses élus sont résolus à continuer d’exercer dans les CAPA le contrôle démocratique pour lequel la profession les a mandatés. Ensemble, soyons déterminés à défendre le paritarisme. C’est la garantie collective du respect des droits de chacun et de tous.

Du mieux pour les carrières mais un point d’indice toujours en berne

Le SNES et la FSU agissent depuis de très nombreuses années pour obtenir une revalorisation des carrières et des salaires. Les actions qu’ils ont menées avec les personnels ont trouvé de premiers résultats dans le cadre du PPCR. Ont été obtenus une accélération des déroulements de carrière, le parcours de la carrière sur au moins deux grades et la création d’un débouché de carrière au-delà de la hors-classe actuelle : la classe exceptionnelle. Même s’il ne constitue pas un rattrapage des pertes subies depuis le début des années 2000 (l’équivalent de 2 mois de salaire chaque année), l’ensemble de ces mesures permet une translation vers le haut des carrières et des salaires
La revendication historique et constante du SNES-FSU d’un accès à la hors-classe pour tous avant la fin de la carrière a désormais abouti. Est ainsi établi, dans le cadre PPCR, le principe selon lequel la carrière de tous les professeurs, CPE et Psy-ÉN a « désormais vocation à se dérouler sur au moins deux grades », c’est-à-dire à atteindre le dernier échelon de la hors-classe avant le départ en retraite.
Les notes de service 2019 d’accès à la hors-classe concrétisent cet acquis majeur obtenu par le SNES-FSU. Ses élu-e-s ont veillé, dans les CAPA, à l’application pleine et entière des nouvelles dispositions.